Poulailler mobile !

J’ai bâti un poulailler mobile avec du bois de palettes de récup’ et des vis. J’ai acheté un grillage à poules pour quinze euros pour les côtés. Pour le toit, j’utilise une bâche plastique d’une serre-tunnel.  J’envisage de mettre une tôle en bac acier, mais le terrain est venteux, les poules ne souffrent pas de la chaleur.

Ce sont six poules de réformes (de plus de deux ans à 2€ la poulette) et le coq de Bresse de ma tante appelé “Pedro”. Ce tracteur à poules fait 3m40 sur 1m40. Je les déplace tous les jours autour des amandiers, pêchers , poiriers, cerisiers, pommiers, pruniers, noisetiers, nectarine, grenadier, cassis; groseilliers, gojis, pins, cèdres, lilas et saules du jardin forêt que j’ai implanté chez mes parents. Je peux les déplacer sur une vingtaine d’emplacements différents. L’herbe a le temps de repousser, le terrain est vite à nu sous les conifères.

J’utilise un sceau d’eau pour les abreuver, mais j’envisage de le fixer sur la structure.

Pour dormir, j’ai créé un hôtel deux étages avec des planches en récup. Elles tiennent tous à sept. Je les nourris avec un mélange de blé, sorgho et maïs. Je souhaite me procurer des petites graines de blés rachitiques, qui ne sont pas passés au tri d’un paysan boulanger bio. Le sac est à 5€ les 25kg, pour du bio c’est vraiment pas cher, et les poules préfèrent les graines plus petites.

Nous leur donnons un grand saladier de reste de cuisine chaque jour, avec des restes de riz, pain, lentilles, ou haricots. Toutes les épluchures des melons et pastèques que je récolte en ce moment au Jardin des Balmes (maraîchers d’Uniferme) dans les Monts du lyonnais sont gracieusement appréciés par nos amies réptiliennes ( et oui elles ressemblent quand même beaucoup à des dinosaures).

En tout cas elles semblent très heureuses, malgré un peu de chahut lorsque l’on déplace le poulailler (par encore de roulettes) surtout lorsque Pedro se met à monter une poulette juste à ce moment là. A deux c’est plus simple  surtout lorsqu’on est tonton dix fois, et qu’un enfant émerveillé vous aide.

Bilan des courses, 6 oeufs c’est possible, zéro aussi, tout dépend du stress et de la nourriture qu’elles auront ingéré dans la journée. En moyenne nous avons 2 ou 3 oeufs par jour, c’est suffisant pour qu’elles s’habitent et créent un nombre infini de synergie avec le lieu de vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *