J’organise des formations et du conseil en permaculture (humaine aussi), agroforesterie successionnelle, pâturage régénératif, pour les particuliers, agriculteurs et collectivités. Voici les prestations que je peux vous proposer, les tarifs sont à définir en fonction de votre contexte et vos besoins. Formation/Animation/Atelier : -Conception du lieu, Design de vie – Agroforesterie successionnnelle (Syntropic Farming) – Elevage régénératif Conseil/Discussion/Dialogue – Conseil personnalisé par rapport à vos besoins (15€ de l’heure) – Cercle d’entraide – Dialogue type Krishnamurti – Cercle d’aide à la résolution des addictions Cuisine – Cuisine de plantes sauvages – Cuisine d’un bouillon de viande ou de poisson (les bienfaits du régime Paléo, GAPS)Read More →

Un texte inspirant d’un homme sur les relations amoureuses et la permaculture ! “Le permamour, vous connaissez ? C’est l’art de cultiver son écosystème amoureux de façon riche, résiliente et diversifiée… Ses principes ressemblent étrangement à la permaculture, ou l’art de maintenir un écosystème cultivé… ou plutôt récolté (plus que cultivé). Je réfléchis encore sur ses principes de base tels que : 1. Observer, interagir et accueillir l’autre tel qu’il est tout en restant ce que je suis ; 2. Rester conducteur de l’énergie amoureuse sans la stocker et l’accaparer ; 3. Cueillir les instants d’amour au lieu de les cultiver dans des pots ouRead More →

J’ai approfondi mes connaissances sur la gestion holistique des pâturages, en découvrant le pâturage non sélectif avec Jaime Elizondo. Il consiste dans notre climat plutôt humide à déplacer les animaux 2 à 5 fois par jour. J’ai vu dans la Creuse une ferme où ils donnait seulement 1200 à 1500m² pour 100 vâches pour environ trois heures de pâturage. Cela entraine plusieurs effets bénéfiques : Les vaches mangent quasiment toute la prairie (on obtient un rendement similaire à une fauche de foin) Elles peuvent parfois être déplacés toutes les deux heures, cela stimule leur appétit, elles prennent donc plus de poids et font plus deRead More →

Je lis actuellement le livre “Holistic Management”(gestion holistique) d’Alan Savory. Pour lui, nous devons définir une qualité de vie, c’est à dire qui sont les décideurs importants dans notre communauté (ou dans notre vie), qu’es ce qui nous fait sortir du lit le matin, et qu’es ce qu’une belle vie. Ensuite, nous pouvons définir quelles ressources nous aurons besoin dans le futur pour répondre à cette qualité de vie. Nous agissons ainsi dans ce qu’il appelle un contexte holistique très ancré dans les réalités sociales, écologiques et économiques. Plus concrètement, il explique dans ce livre comment nous pouvons régénérer les environnements “fragiles” (brittle en anglais),Read More →

Le meilleur moyen de commencer un jardin est de déposer de la matière organique directement sur le sol, sans enlever l’herbe, bécher, ou retourner la terre. On peut éventuellement l’aérer grâce à une grelinette. On déposera d’abord directement sur le sol des matières vertes azotés : tonte d’herbe verte, déchets alimentaires, compost, des branches d’arbres vertes, plantes vertes, sang, déchets animaux, fumier, excréments, de l’urine. Ici nous avons déposé de l’humus (terreau) réalisé grâce à du broyat de bois décomposé, puis de l’herbe coupée.    Par-dessus cela, on déposera 2 voir 3 couches de cartons sans encre et sans scotch. On peut utiliser les cartons européensRead More →

J’ai bâti un poulailler mobile avec du bois de palettes de récup’ et des vis. J’ai acheté un grillage à poules pour quinze euros pour les côtés. Pour le toit, j’utilise une bâche plastique d’une serre-tunnel.  J’envisage de mettre une tôle en bac acier, mais le terrain est venteux, les poules ne souffrent pas de la chaleur. Ce sont six poules de réformes (de plus de deux ans à 2€ la poulette) et le coq de Bresse de ma tante appelé “Pedro”. Ce tracteur à poules fait 3m40 sur 1m40. Je les déplace tous les jours autour des amandiers, pêchers , poiriers, cerisiers, pommiers, pruniers,Read More →

La ville est un espace de transition et de connexion avec la campagne. Les citadins ne peuvent survivre sans un lien fort avec les producteurs qui les entourent et les nourissent. Un exercice intéressant est de noter ses producteurs préférés (légumes, fruits, viandes, céréales, etc…), c’est à dire que vous feriez comme eux si vous produisiez à leur place. Nous pouvons aussi produire en ville pour favoriser l’émergence de projets écologiques basés sur le lien à la terre : Lessive au lierre Lessive à la cendre Savon et shampoing à la saponaire Kit de culture de champignons Potager en jardinière multiétagé si possible et SOUSRead More →

De retour d’une ballade de curiosité dans les champs près de la maison en observant attentivement la nature et toute la diversité d’espèces. Arrivé devant ce qu’on appelle un “bocage”, qui est tout simplement un espace forestier ultra productif et fertile, contrairement à la monoculture d’à côté ultra énergivore. L’observation devient plus intense, on observe des chênes et des frênes qui créent une légère ombre pour une grande diversité de fruitiers qui poussent en abondance à leurs pieds : pruniers, mures, prunelles. On se dit qu’il n’y aurait juste à jeter quelques noyaux qu’on aurait garder de ses chères courses au magasin bio du coin,Read More →