Agroforesterie successionnelle ou Syntropic Farming

J’ai participé à une formation avec Steven Werden et Felipe Amato sur l’agroforesterie successionnelle, avec l’association les Agronhommes. Je souhaite partager ce que j’ai appris, c’est une introduction, je vous invite à me poser des questions complémentaires si vous voulez implanter ce système là et organiser éventuellement une formation avec Steven et Felipe chez vous. Je suis ouvert aux améliorations de ce texte, merci de me les soumettre, bonne lecture.

La culture syntropique ou agroforesterie successionnelle a été crée par Ernst Gotsch, un allemand qui a reforesté 400 ha au Brésil. Il est parti d’une terre nue, très érodée dans un climat très séchant. La syntropie c’est aller dans le sens de la nature, vers des systèmes de plus en plus complexes et donc vers l’abondance matérielle et nourricière. On est dans l’amour inconditionnel, la coopération, et la JOIE !

Il est parti à la récolte d’une multitude de graines tropicales qu’il a planté sous forme de “nids” sur son terrain (petits cercles de culture). Il a planté à la fois des graines d’arbres, arbustes et arbrisseaux, ainsi que des herbacées vivaces et annuelles. “Pousse ce qui poussera”, les plantes qui s’y plaisent le mieux poussent toutes ensembles, comme on le verrait chez nous lorsqu’on laisse une terre se régénérer d’elle même.

C’est parti pour découvrir tout le processus d’accumulation (avec quelques perturbations/perturbateurs entropiques dans le processus, sans grand dommage pour l’environnement heureusement !).

On part d’un terrain à nu.

Merci à nos amis les cochons (ou les humains, c’est proche)

  1. Les amarantes, les chénopodes, l’oseille, l’achillée, les pissenlits apparaissent,

Ici on a planté de la roquette, une plante annuelle pour coloniser le milieu.

Ici on voit des personnes qui ont craqué dans le processus, et qui désherbe, pas si mal, on verra pourquoi après !

2. Ensuite vient  les graminées (herbes hautes), les herbacées pérennes (orties, menthe, lamier),

des graminées

Ici on voit quelqu’un qui a craqué dans le processus, cette personne est en train de déraciner des graminées, pas si mal que ça, on verra pourquoi après !

Ici on voit une vache qui a craqué dans le processus, pas si mal que ça, lire l’article sur le pâturage non sélectif, ou le holistic management.

3. puis viennent les ronces, les jeunes pousses de genêt d’aubépine, de prunellier, de frêne, de peuplier, de bouleau, et les graines de fruitiers semés par les oiseaux, les écureuils ou autres animaux (merisier, pommier, noyers, chêne, châtaigniers, noisetiers).

Des herbacées vivaces en premier plan dans ce qu’on appelle communément une friche

Ici on voit quelqu’un qui a craqué dans le processus et qui débroussaille les ronces, pas si mal que ça l’ami ! je dirais même intelligent ! Vous verrez pourquoi par la suite.

Si on continue à laisser pousser, les ronces commençent à disparaître au moment où les chênes, les pins, les hêtres, les châtaigniers créent assez d’ombre pour empêcher le développement de la ronce. On y voit encore quelques graminées ou des herbacées de sous bois (orties, fougère et autre) ainsi que quelques arbustes, et surtout un sacré tapis de feuilles mortes et de branches en décomposition.

La forêt

Ici on a stade avancé d’accumulation, type forestier, cheveux, moustache, barbe, sourcils, tout y est.

Ici on a quelqu’un qui a craqué à la fin du processus, et ça tombe bien puisque c’est là méthode de culture des peuples indigènes d’Amazonie. En effet, ces peuples déracinait le plus grand arbre qu’ils trouvaient dans la forêt en creusant autour avec des bâtons et des cailloux (on est pas dans la culture de vénération des grands arbres comme en Europe, symbole de richesse etc). Ce grand arbre au sol crée une clairière dans la forêt, un espace lumineux pour cultiver des légumes en abondance, puis des arbustes et des fruits, et retourner ensuite à l’état forestier. Puis on va trouver un autre grand arbre, on le fait tomber et ainsi de suite. On a la forêt la plus diverse et fertile qui peut exister sur Terre, régénérée par l’ETRE HUMAIN ! OUI L’HUMAIN EST BON, les HOMMES, les FEMMES, les ENFANTS sont BONS PAR NATURE.

Revenons à Ernst Gotsch. Il a perturbé l’éco-système, comme le ferait un éléphant qui fait tomber un arbre, a coupé les arbres qu’il a fait poussé, a laissé la matière en décomposition sur le sol  puis resemer d’autres graines qui nécessitent un sol plus fertile.

C’est là qu’il est passé dans un processus d’ABONDANCE, les plantes poussent beaucoup plus vite, l’humidité est véhiculée par les champignons mycorhiziens dans le sol, et les légumes et fruits que nous aimons tant poussent très bien sans maladie, parasites et intrants (on reviendra sur les intrants par la suite).

La fonction écologique d’un être humain est de couper des branches et de semer des graines qu’il aime, comme le singe, l’oiseau ou l’écureuil

Pour la  mise en place d’un verger syntropique qui commence par des légumes, des petits fruits, puis des fruitiers, voici un exemple de schéma de plantation :

En rouge foncé ce sont les 3 plus grands arbres fruitiers, disons cerisiers ou noyers.
En rouge clair ce sont les arbres fruitiers moyens, pommiers greffés sur M7, Plaqueminiers, noisetiers, péchers, vigne tuteuré,…
En orange ce sont les petits fruits type cassis, groseille (qui aiment l’ombrage). Les deux lignes uniquement en orange sont des lignes de framboisier qui disparaitront à long terme car plus assez d’ensoleillement
En marron, ce sont les chemins.
En vert foncé, ce sont les graminées à couper régulièrement et sur la ligne, les arbres à biomasse type Saule,Sureau, Peuplier.
En vert clair, ce sont les lignes de légumes sur les côtés des arbres.

Echelle : 1 carreau = 50cm de côté

Le processus d’implantation est :

  • 1) PERTURBATION Désherber une ligne de culture ou un nid à la grelinette et à la main, enlever toutes les racines de graminées vivaces. Ou bien créer une clairière dans la friche ou la forêt en coupant les arbres et les arbustes (dans ce cas là, laisser les racines dans le sol, déraciner les graminées qui ralentisse le système). Il est préférable de réaliser une ligne orientée Nord/Sud pour une meilleure exposition.

 

Ecriture de l’article, cheveux et poils coupés

Le problème n’est pas de couper des arbres, le problème est de replanter une monoculture, la solution est de planter une polyculture multi étagée.

  • 2) FABRICATION DE MULCH Dans l’idéal, broyer la matière organique avec un broyeur pour l’utiliser comme paillage à la fin de la plantation. Ou bien si on ne peut pas la broyer, la poser telle qu’elle sur les bords de la ligne ou du nid, ou pour les chemins.

Ici des rondins de bois pour délimiter le nid de culture, le contact entre le bois et le sol fait apparaître le mycellium.

3) APPORT D’AZOTE pour la culture de légumes, avec de la fiente de volailles, des plantes vertes, de l’urine, etc

4) EQUILIBRER LE PH du sol. Si le sol est acide, apportez du calcaire (cendre, dolomite). Si le sol est basique, apportez de l’acide (avec du marc de café par exemple)

5) PLANTER LES PLUS GRANDS ARBRES FRUITIERS d’abord, Noyers, Cerisiers franc, Pruniers myrobolan, Pommier Franc, Châtaigniers, Abricotier franc, … espacés de 20m.

6) PLANTER LES ARBRES FRUITIERS MOYENS sur la même ligne que ces grands arbres. tous les 5m environ : pommiers de taille moyenne, greffés, péchers, abricotier sur pécher, Cerisier sur Sainte Lucie, Vigne tuteuré sur saule ou murier,

7) PLANTER LES PETITS FRUITS alignés aussi avec les autres arbres, tous les 1 ou 2m : cassis, groseille, framboise, casseille, groseille à maquereaux.

8) PLANTER ET SEMER DES VIVACES (aromatiques, légumes perpétuels, etc) alignés sur la ligne tous les 50 cm ou plus. 6 mois après l’implantation, on peut intégrer des vivaces sur la totalité de la platebande une fois que les premiers légumes ont été implantés. Il est important de choisir des vivaces qui pousse dans un sol fertile, afin de ne pas ralentir la dynamique qui tend vers la forêt.

9)ENFONCER DES BOUTURES DE SAULE, PEUPLIER, SUREAU etc, alignés avec les arbres. tous les 50 cm ou 1m. Ces arbres seront taillés régulièrement à la fin des dernières pluies de printemps et la réapparition des pluies à l’automne, pour produire de la matière organique pour le sol. Le saule et le peuplier seront taillés dans l’idéal à 5m de haut, en tétard (trogne), le sureau peut être taillé un peu plus bas.

Chêne tétard assez haut

10) SEMER TOUTES LES GRAINES D’ARBRES, ARBUSTES, ARBRISSEAUX que vous avez, alignés sur la ligne, de partout. (aubépine, prunelier, ((églantier et ronces éventuellement si vous voulez des épines)), frêne, chêne, etc)

Ces arbres serviront de fertilisant sur la parcelle, on a une autofertilité. On leur coupera la branche dès qu’ils s’approchent  d’un arbre de production (cassissier, pommier, noyers, etc). Puis une fois qu’ils forment un buisson dense, on le coupe à la base. On dépose la matière sur le sol à chaque fois. Quand on coupe une plante, la matière retourne au sol et des racines meurent dans la terre, créant de l’espace et de la nourriture pour les bêbêtes du sol

11) PLANTER ET SEMER DES LEGUMES ANNUELS de chaque côté de la ligne (décalés de la ligne), diversifié, multiétagé aussi. On désherbera seulement les graminées qui ralentissent le système, on peut laisser pousser des plantes spontanées sauvages qui sont aussi nourricières, mauve, orties, pissenlit etc, elles nourissent le sol, on peut aussi les couper pour faire de la lumière et laisser la racine mourrir dans la terre

12) COUVRIR LE SOL AVEC DU MULCH OU PAILLAGE en faisant attention à ne pas trop recouvrir les légumes annuels à petites graines

13) COUPER LES GRAMINEES autour pour la ramener sur notre nid ou notre ligne (principe de la tonte d’herbe qu’on utilise pour couvrir le sol sur notre zone de culture). On utilise la forte production de matière organique des graminées, on peut couper les graminées tous les 20 jours au printemps, puis tous les 40 jours l’été.

La densité racinaire n’est pas un problème dans ce système.

Merci de votre lecture, d’autres informations à venir dans l’article, n’hésitez pas à me poser des questions

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *